Archives de l’auteur : Lauren B.

Femmes et hommes dans le Coran : quelle égalité ?

Lecture: un ouvrage sur les relations de genre et le Coran:
Femmes et hommes dans le Coran : quelle égalité ?, Asma Lamrabet, Editions La croisée des chemins, Etudes, 2012, 200 p.

Cet ouvrage présente une interprétation du texte coranique qui a vocation à rappeler la place de l’éthique dans la parole révélée. A partir d’une analyse de la lettre du texte, l’auteure soulève les valeurs fondamentales de liberté et d’humanisme, et par là-même d’égalité entre les êtres humains, qui sous-tendent selon elle le message coranique. Si la volonté est de revenir au caractère spirituel de l’islam, l’auteure fournit néanmoins une étude documentée et référencée : Asma Lamrabet se livre à des explications complètes (historiques, religieuses, culturelles, juridiques) qui permettent de se saisir, chapitre après chapitre, des thématiques traitées. Elle propose dans un premier temps de « dépasser la problématique de la femme musulmane » en essayant de mettre à plat tous les éléments liés à cette question. Elle aborde ensuite, entre les thèmes de l’égalité et de l’humanité dans le Coran, des règles plus spécifiques liées par exemple à « l’éthique coranique de l’union conjugale ». A travers ces développements liés à l’égalité, l’auteure se prête à trouver les raisons du décalage entre texte coranique et société actuelle ; une fois cette démarche réalisée, elle propose des solutions potentielles notamment par le prisme de l’éducation. La lecture de cet ouvrage permet de réfléchir, en outre, à une nouvelle façon d’aborder les problématiques actuelles liées au fait religieux. Plus spécifiquement, on peut y voir des éléments intéressants pour traiter de la question du communautarisme. En effet, l’auteure propose une lecture du Coran basée sur la responsabilité de l’être humain et le respect mutuel entre hommes et femmes. Or, ces valeurs sont porteuses de rassemblement, de cohésion sociale, et par là s’opposent à la division en sous-groupes fermés, qui est l’une des sources d’un communautarisme pris dans le sens négatif du mot.

La charia, Des sources à la pratique, un concept pluriel

Lecture: un ouvrage de droit présentant la charia:
La charia. Des sources à la pratique, un concept pluriel. Baudouin Dupret. La Découverte, 2014, 190 p.

Les polémiques que suscitent la notion, mal comprise, de « charia » et ses implications sont omniprésentes dans de nombreux pays depuis plusieurs années. La lecture de cet ouvrage est riche d’intérêt dans le débat social actuel. Il offre une étude complète de ce que signifie « charia »: de ses sources à l’origine des formes qu’elle a pu prendre au cours des deux derniers siècles, l’auteur se livre à une explication très précise de la diversité à laquelle renvoie cette notion. En retraçant le contexte historique et géographique de certaines normes et/ou pratiques, cet ouvrage permet également de comprendre leur évolution juridique, intimement liée à la politique, à travers de nombreux pays. La notion de droit musulman est également l’objet de développements lourds d’intérêt. La lecture de cet ouvrage permet de se saisir, avec humilité, d’un sujet controversé. Les références fournies et la rigueur des développements en font une lecture éclairante autant pour les universitaires que pour les personnes intéressées par le sujet. Aux termes du résumé qui se trouve au dos de l’ouvrage, Baudouin Dupret « travaille tout particulièrement sur l’approche théorique, sociologique et anthropologique de la norme et du droit, notamment dans les sociétés musulmanes contemporaines ».

La prise en compte des prescriptions religieuses dans la restauration scolaire : état du droit

Résumé de l’article de Lauren Bakir: Dans le cadre d’une enquête réalisée à Strasbourg sur la prise en compte des prescriptions religieuses en matière alimentaire à l’école, il s’agit ici de cerner le cadre juridique de cette problématique. Il est aisé de constater l’absence d’unité dans le traitement juridique de cette question. Tant au niveau des écoles que des collèges et des lycées, les prescriptions alimentaires religieuses ne sont officiellement pas prises en compte. Pourtant, en pratique, certains établissements permettent des aménagements pour répondre aux demandes diverses des élèves ou des parents en proposant, notamment, des repas sans viande de porc. Emerge alors la problématique liée aux requêtes plus précises tenant à la viande elle-même : certaines prescriptions religieuses imposent un mode d’abattage et de traitement spécifique de la viande. Au nom du principe de laïcité, ces spécificités ne font pas l’objet de traitements particuliers. Une proposition de loi récente cherche cependant à répondre, partiellement, à ce problème en visant à rendre obligatoire un plat de substitution végétarien. Cette proposition rencontre plusieurs problèmes contemporains : la remise en cause par certaines municipalités des plats de substitution dans leurs cantines scolaires, mais aussi les conclusions alarmantes d’un rapport de l’OMS sur la viande rouge et les produits carnés transformés, et les préoccupations éthiques concernant la protection des animaux. Cette éventuelle loi ne répond pas, sur le fond, à la question de la légitimité d’un repas de substitution dans les cantines scolaires ; elle n’a d’ailleurs pas vocation à y répondre. Elle offre cependant une alternative, qui a le mérite d’être posée au niveau national et non local : réussira-t-elle à faire consensus sur son contenu ?

Lire l’article

Consommer pour « faire communauté » ?

La contribution proposée lors de la journée d’étude Étudier les communautés par les sciences sociales: ressources, régulations, inégalités organisée par l’EHESS (Paris, 19-20 juin 2013) avait pour but de présenter les premiers résultats de l’enquête menée dans le cadre du projet « Construction et déconstruction du communautarisme: prescriptions religieuses et communautarisme religieux ». L’enquête s’inscrit dans une perspective précise : cerner le rapport des individus aux prescriptions alimentaires religieuses. L’enquête a été menée auprès des musulmans de Strasbourg et a pris en compte leur rapport à l’alimentation halal.

Après avoir sélectionné un panel de personnes aux positionnements religieux et sociaux divers et représentatifs, une série de rencontres a été conduite. Ces entretiens semi-directifs ont été réalisés en face à face lors de rencontres d’une demi-heure à 1 heure. Nous avons rencontré 22 personnes représentant des âges, des positions dans le groupe religieux et des appartenances à des courants religieux divers. La grille d’entretien comportait une série d’incitations à la parole visant à cerner différents aspects du rapport à la pratique alimentaire d’origine religieuse : la définition du halal, les comportements en tant que consommateurs, la confiance accordée aux produits halal, l’importance accordée à l’appartenance ethnique ou communautaire des distributeurs de halal, et les questions d’ordre éthique touchant à la consommation.
Il s’avère que les définitions données du terme « halal » par les musulmans sont diverses, privilégiant soit la dimension rituelle, soit la dimension théologique, soit enfin la dimension éthique (de la production ou de la distribution).
Cherchant ce qui influe sur le choix du lieu d’achat, et l’attitude envers les labels halal, nous avons constaté que des raisons pratiques (proximité, prix) déterminent essentiellement les choix du commerce, et non un lien à l’appartenance religieuse. Nous avons également découvert un élément intéressant : la fréquence de la consommation de produits casher par les musulmans. Il s’avère que les labels halal sont loin de faire l’unanimité de confiance parmi la population musulmane, qui les combinent avec d’autres marqueurs de qualité des produits.
Les produits halal, du fait qu’ils s’adressent à un groupe social particulier et favorisent une pratique spécifique, sont souvent considérés comme un instrument, voulu ou inconscient, du communautarisme. Notre enquête nous a permis de constater, en tout cas pour les musulmans de Strasbourg, que la consommation halal repose au contraire sur des motivations partagées par le plus grand nombre : l’exigence de consommer « bon » et « sain » et l’impératif de confiance du consommateur. La situation minoritaire de l’islam rend saillant un mode de consommation qui n’est qu’une modalité parmi d’autres dans l’éventail des positionnements possibles, religieux ou non. Loin de répondre à la volonté de « faire communauté » et d’unir un groupe, la consommation halal à Strasbourg est à la convergence d’une multiplicité de facteurs et recouvre une réalité hétérogène, le plus souvent assez éloignée des déterminations religieuses.

L’explication in concreto du terme halal et ses implications

Le Coran n’énonce qu’une partie des interdits alimentaires, les autres sont énoncés dans les hadiths et développés par les juristes musulmans. En nous attardant sur les prescriptions coraniques, trois axes apparaissent. Certains versets permettent aux musulmans de manger de tout sans restriction, d’autres invalident les interdits préislamiques, et d’autres enfin donnent la liste des interdits.
Il existe deux indications concernant les aliments. Dans son aspect normatif, le Coran insiste sur l’opposition entre halâl et harâm. L’homme n’est autorisé que, et est convié à, manger ce qui est licite, également qualifié de tayyib, bon. Précisons par ailleurs que le Coran insiste davantage sur la permission que sur l’interdiction, ce qui différencie les prescriptions coraniques des traditions préislamiques plus prohibitives. Dans son aspect théologique, les aliments sont perçus comme un don de Dieu (rizq), c’est pourquoi les hommes sont vivement conviés à en manger. Le Coran opère ainsi une dichotomie claire entre les choses bonnes et les choses illicites, celles-ci ne pouvant par définition qu’être mauvaises (habâ’it) tant religieusement que physiologiquement.
Concrètement, le Coran interdit la consommation de porc, du sang, les cadavres d’animaux et les victimes païennes (animaux sacrifiés par les non musulmans qui ne sont ni chrétiens ni juifs et des aliments consacrés à un autre que Dieu). Les justifications théologiques sont diverses. Les animaux se nourrissant de chair ou de déchets sont également interdits. L’idée est en fait que le mangeur acquiert les propriétés de ce qu’il mange. En ce sens, un parallèle est effectué entre la consommation d’une nourriture et ses effets sur la santé organique. Evidemment, la santé n’est pas uniquement une affaire organique et les liens de cause à effet peuvent être remis en cause, ce qui ne constitue pas pour autant une objection à l’interdit religieux. Si un homme se nourrit d’un animal ayant mangé ses excréments, c’est comme s’il mangeait lui-même ces excréments. Le carnassier est interdit pour ces mêmes raisons. Féroce, il se nourrit de sa proie sans se soucier de sa douleur ou de sa progéniture. Il se caractérise donc par de nombreux traits desquels l’homme doit se différencier. L’éducation est en ce sens primordiale puisqu’elle a pour but de faire disparaitre ces caractéristiques. L’homme ne doit être ni anthropophage ni infanticide, et donc ne doit pas manger la chair des carnassiers : on ne peut manger un animal se nourrissant lui-même de chair interdite. L’interdiction de certains aliments aux hommes relève de l’appropriation du corps par l’homme, les prescriptions servent à surmonter l’altérité du corps et non à en empêcher l’épanouissement. C’est ainsi que l’humanisation de l’homme passe sur le plan alimentaire par la négation de son corps biologique via les interdits alimentaires.
La consommation halal, en son acception commune et non plus dans sa définition de licéité, répond à ce schéma. L’homme se voit ainsi imposé un certain protocole avant de mettre à mort l’animal : paroles, gestes… Ce processus rituel de mise à mort est propre à l’homme et le différencie de l’animal tuant sa proie avec indifférence. Ainsi, la catégorie d’animal licite est fixée, mais le rituel rendant cette viande licite doit également être respecté.

Voir
– Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh, Les interdits alimentaires chez les juifs, les chrétiens et les musulmans
– Mohammed Hocine Benkheira, Islam et interdits alimentaires, juguler l’animalité. Paris: P.U.F., 2000.
– Christine Rodier, La question halal. Sociologie d’une consommation controversée, Paris, PUF, 2013.