Le repas laïque

Résumé de l’article de Houssame Bentabet: L’heure de manger à la cantine des écoles publiques en France a sonné. Les élèves ne savent encore rien du débat qui s’est invité dans leurs assiettes. L’enfant musulman s’installe à côté de son camarade juif. Le petit bouddhiste prend place à côté de son ami chrétien. Ils sont tous sur la même table. Ils attendent le repas, qui semble-t-il, fait l’objet d’un grand débat social.

Lorsque de la viande de porc figure dans le menu, certaines écoles, au nom d’une perception libertaire de la laïcité, jugent nécessaire d’aménager les cantines pour toutes les croyances. Elles proposent alors aux élèves musulmans et juifs des repas de substitution. D’autres écoles refusent cette pratique, selon elles contraire au principe de la laïcité. Elles décident donc de n’offrir aucun choix alternatif aux élèves qui en font la demande. Ces derniers, désenchantés par l’offre alimentaire restreinte dans leurs cantines, se trouvent contraints de rentrer chez eux pour se nourrir.

Ces dernières années, le repas servi dans les cantines des écoles publiques en France est devenu un sujet de débat entre les élus. Mais chacun interprète et définit la laïcité selon sa conviction politique. Faut-il répondre aux exigences particulières de certaines communautés religieuses concernant les interdits alimentaires, ou faut-il refuser la diversité de menus en invoquant pour justification le principe de la laïcité ? Pour le député et maire de Montereau Yves Jégo par exemple, un menu végétarien alternatif au menu quotidien est une « solution totalement laïque » qui permettrait de sortir du débat et de répondre à toutes les attentes des parents. A Chalon-sur-Saône en revanche, le maire « républicains » a jugé nécessaire de supprimer le menu sans porc qui était proposé dans les cantines de cette ville depuis 31 ans. On remarque qu’il y a absence de consensus sur la façon dont doit être interprétée la laïcité. Un élément vient compliquer le débat: la notion de neutralité de l’espace social public dans la société séculière. Cet espace social public semble pourtant être plus adapté à certaines pratiques religieuses qu’à d’autres.

On peut conclure qu’il s’agit avant tout d’un débat à dominance politique qui révèle une grande diversité de perception de la laïcité et du multiculturalisme en France. Cet article propose d’éclairer l’importance de ce débat et des réflexions  qui s’ensuivent,  également de prendre connaissance des différentes décisions des collectivités territoriales en France concernant les repas servis dans les cantines scolaires.

Lire l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.