Repas hallal en prison

Dans un arrêt du 7 novembre 2014, la cour administrative d’appel de Lyon se prononçait sur la décision du directeur du centre pénitentiaire de Saint-Quentin Fallavier de refuser de fournir régulièrement aux détenus de confession musulmane des repas comprenant de la viande hallal.

Pour considérer que “l’administration pénitentiaire ménage ainsi un juste équilibre entre les nécessités du service public et les droits des personnes détenues en matière religieuse”, le juge administratif s’est fondé sur trois éléments. D’une part, des “menus pour régimes sans porc (pas de prescription religieuse spécifique)” sont prévus par le règlement intérieur de l’établissement. D’autre part, “les détenus peuvent demander la fourniture de menus adaptés à l’occasion des fêtes religieuses”. Enfin, parmi “les produits proposés aux détenus dans le cadre du système de la cantine” sont compris des aliments “contenant des viandes issues d’animaux abattus selon les préceptes propres à l’islam et recevant dès lors une certification de viandes hallal”.