Hallal, halâl, ou halal?

On hésite parfois sur l’orthographe à utiliser pour ce terme.
Une stricte translittération de l’arabe demanderait d’écrire halâl, avec un accent circonflexe et un seul “l”. Ce terme a le sens de licite, permis, autorisé; il est, dans les degrés de licéïté, l’opposé de harâm qui signifie illicite, prohibé, interdit.
L’écrire avec deux “l” le rapproche de hallâl, qui serait un nom de métier dérivé de Hallala qui signifie analyser, dissoudre, dénouer, etc. Hallal aurait le sens de “dénoueur”.
Le terme étant utilisé fréquemment en français, il y perd son accent circonflexe. Il n’y a cependant pas de raison d’y mettre un deuxième “l”.