Consommer pour “faire communauté” ?

La contribution proposée lors de la journée d’étude Étudier les communautés par les sciences sociales: ressources, régulations, inégalités organisée par l’EHESS (Paris, 19-20 juin 2013) avait pour but de présenter les premiers résultats de l’enquête menée dans le cadre du projet « Construction et déconstruction du communautarisme: prescriptions religieuses et communautarisme religieux ». L’enquête s’inscrit dans une perspective précise : cerner le rapport des individus aux prescriptions alimentaires religieuses. L’enquête a été menée auprès des musulmans de Strasbourg et a pris en compte leur rapport à l’alimentation halal.

Après avoir sélectionné un panel de personnes aux positionnements religieux et sociaux divers et représentatifs, une série de rencontres a été conduite. Ces entretiens semi-directifs ont été réalisés en face à face lors de rencontres d’une demi-heure à 1 heure. Nous avons rencontré 22 personnes représentant des âges, des positions dans le groupe religieux et des appartenances à des courants religieux divers. La grille d’entretien comportait une série d’incitations à la parole visant à cerner différents aspects du rapport à la pratique alimentaire d’origine religieuse : la définition du halal, les comportements en tant que consommateurs, la confiance accordée aux produits halal, l’importance accordée à l’appartenance ethnique ou communautaire des distributeurs de halal, et les questions d’ordre éthique touchant à la consommation.
Il s’avère que les définitions données du terme « halal » par les musulmans sont diverses, privilégiant soit la dimension rituelle, soit la dimension théologique, soit enfin la dimension éthique (de la production ou de la distribution).
Cherchant ce qui influe sur le choix du lieu d’achat, et l’attitude envers les labels halal, nous avons constaté que des raisons pratiques (proximité, prix) déterminent essentiellement les choix du commerce, et non un lien à l’appartenance religieuse. Nous avons également découvert un élément intéressant : la fréquence de la consommation de produits casher par les musulmans. Il s’avère que les labels halal sont loin de faire l’unanimité de confiance parmi la population musulmane, qui les combinent avec d’autres marqueurs de qualité des produits.
Les produits halal, du fait qu’ils s’adressent à un groupe social particulier et favorisent une pratique spécifique, sont souvent considérés comme un instrument, voulu ou inconscient, du communautarisme. Notre enquête nous a permis de constater, en tout cas pour les musulmans de Strasbourg, que la consommation halal repose au contraire sur des motivations partagées par le plus grand nombre : l’exigence de consommer « bon » et « sain » et l’impératif de confiance du consommateur. La situation minoritaire de l’islam rend saillant un mode de consommation qui n’est qu’une modalité parmi d’autres dans l’éventail des positionnements possibles, religieux ou non. Loin de répondre à la volonté de « faire communauté » et d’unir un groupe, la consommation halal à Strasbourg est à la convergence d’une multiplicité de facteurs et recouvre une réalité hétérogène, le plus souvent assez éloignée des déterminations religieuses.



Citer ce billet
Lauren B. (2013, 18 juillet). Consommer pour “faire communauté” ? communautarismes dé/construits. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n1pb