Projet de recherche sur la consommation halal à Strasbourg: peut-on parler de communautarisme?

Dans le cadre du Master 2 recherche « Sciences et droit des religions », spécialité islamologie, plusieurs étudiants ont accepté de contribuer au projet de recherche portant sur le communautarisme, à travers une étude concernant les habitudes alimentaires relatives à la consommation de produits halal. Notre projet a été de réaliser une enquète qualitative par questionnaire.

Nous avons fait le choix de chercher à cerner la perception et de la définition que les personnes interrogées se font du terme halal. Si cette première approche peut paraître simpliste, il ne faudrait cependant pas gager de l’uniformité des réponses qui nous sont proposées puisque la définition peut varier en fonction de l’endroit où l’on se place dans la chaîne de production et/ou de distribution de produit halal. C’est en partant de la perception que les consommateurs se font du halal que dépend la suite du questionnaire.

Une deuxième partie se propose de comprendre les motivations qui sont, à notre sens, en relation directe avec la perception des produits halal des personnes interrogées. Cerner la motivation du consommateur implique de savoir depuis combien de temps ils consomment des produits halal mais également de savoir si leur choix est ou a été conditionné par des habitudes alimentaires de leur entourage.

L’un de nos intérêts a été la consommation au sens strict. Cette nouvelle étape nous fait passer du champ du cadre religieux strict à une approche de consommation quotidienne, répondant parfois, à une logique consumériste qui est également à prendre en compte dans l’étude que nous réalisons. Sur un marché que l’on estime à presque 5 milliards d’euros en France, la consommation halal se décline à volonté. Il se décline tout d’abord par une pluralité d’acteurs, allant de la simple épicerie de quartier à la grande distribution qui développe à l’envi de nouveaux rayons halal. Mais il se décline ensuite et surtout par une pluralité de produits, les biens de première nécessité laissent maintenant la place, si le consommateur le souhaite, à l’adoption complète d’un régime alimentaire à « l’américaine » tout en tenant compte des contraintes du halal. Les habitudes des personnes interrogées sont donc d’une grande variété non seulement dans la fréquence d’achat mais également dans les biens achetés.

Mais la question de la consommation appelle inévitablement celle de la confiance. A l’heure où l’industrie agro-alimentaire est touchée par des scandales à répétitions, la confiance des consommateurs envers leurs fournisseurs est primordiale et les consommateurs de produits halal ne sont pas en reste. Cette partie n’est pas sans lien avec la  définition et la perception du produit halal. Cette confiance, recherchée par les producteurs, est l’enjeu principal de la consommation de produits halal en France mais également à l’étranger. Ainsi, il s’agira d’évaluer cette confiance non seulement en s’interrogant sur les conditions d’abatage en France, mais également de les comparer avec d’autres Etats où se pose également la question de la consommation de produit halal.

Enfin, le questionnaire interroge sur l’opportunité et la nécessité pour la communauté musulmane d’agir pour la création d’une industrie halal. La question sous-jacente est celle de la logique communautariste; nous chercherons s’il existe des logiques de solidarité ou d’antagonisme intra- ou inter communautaires, et ce qu’il en est du sentiment d’appartenance. De manière générale, il s’agit de voir si et dans quelle mesure la consommation de produit halal crée ou renforce la communauté musulmane de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.