Archives par étiquette : politique- minorité – débat -communautarisme

« Mariage pour tous » ; un appel communautariste?

Deux heures et demie après le vote positif de l’Assemblé Nationale en faveur du projet controversé de loi « ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe», Christine Boutin, Présidente du Parti chrétien-démocrate, s’est présentée sur le plateau de Ruth Elkrief de BFM TV. Sa position vis-à-vis cette loi ne nous intéresse pas ici. Ce qui importe, c’est son point de vue sur la question du « communautarisme ». Elle a considéré la « conclusion » de Christiane Taubira à l’Assemblée comme une position communautariste. La Garde des Sceaux, ministre de la justice, a en effet appelé les « jeunes et adolescents » homosexuels à « garder la tête haute », disant qu’ils n’ont « rien à se reprocher ». Christine Boutin a jugé cet appel « communautariste » car elle souligne que Christiane Taubira n’a pas appelé l’« ensemble » des « jeunes et adolescents » français.

Est-ce qu’un appel lancé vers une partie « minoritaire » ou spécifique de la société peut être considéré comme une position communautariste, alors même que le projet de loi voté vise une partie de la société ? En ratifiant une loi en faveur d’une partie de la société, on commettrait un acte communautariste ? Les homosexuels peuvent être considérés comme une minorité, mais tout groupe minoritaire forme-t-il nécessairement une communauté ? L’appartenance à une minorité est-elle obligatoirement une appartenance communautaire ?

Serge Moscovici a bien décrit notre époque comme celle de l’émergence des groupes minoritaires : « il y a des époques minoritaires, où l’obstination de quelques individus, de quelques groupes restreints, paraît suffire à créer l’événement, et à décider du cours des choses. (…) Si l’on me demandait de définir le temps présent, je répondrais qu’un des caractères particuliers est le passage d’une époque majoritaire à une époque minoritaire. » (MOSCOVICI, Serge. Psychologie des minorités actives, PUS, Paris, 1979, p. 9).

Dans cette période de transition d’une société majoritaire à une société minoritaire, où plusieurs groupes minoritaires tentent de se faire reconnaître, il semble que le terme « communautarisme » ou « communautariste » soit toujours en France une arme efficace dans les batailles politique, même si on ne sait pas vraiment de quoi il s’agit.