Archives par étiquette : cantines scolaires

Les maires de France et les cantines

L’Association des maires de France a publié le 18 novembre 2015 un Vademecum de la laïcité, qui évoque entre autres questions celle de la restauration en réaffirmant le refus des plats de substitution au porc dans les cantines scolaires, tout en rappelant que « lorsque le choix n’existe pas, les personnels chargés de la restauration scolaire apportent toujours une attention particulière à compenser par d’autres aliments ceux que les enfants n’auraient pas choisis, et ce, pour quelque motif que ce soit, religieux ou pas ».

Le repas laïque

Résumé de l’article de Houssame Bentabet: L’heure de manger à la cantine des écoles publiques en France a sonné. Les élèves ne savent encore rien du débat qui s’est invité dans leurs assiettes. L’enfant musulman s’installe à côté de son camarade juif. Le petit bouddhiste prend place à côté de son ami chrétien. Ils sont tous sur la même table. Ils attendent le repas, qui semble-t-il, fait l’objet d’un grand débat social.

Lorsque de la viande de porc figure dans le menu, certaines écoles, au nom d’une perception libertaire de la laïcité, jugent nécessaire d’aménager les cantines pour toutes les croyances. Elles proposent alors aux élèves musulmans et juifs des repas de substitution. D’autres écoles refusent cette pratique, selon elles contraire au principe de la laïcité. Elles décident donc de n’offrir aucun choix alternatif aux élèves qui en font la demande. Ces derniers, désenchantés par l’offre alimentaire restreinte dans leurs cantines, se trouvent contraints de rentrer chez eux pour se nourrir.

Ces dernières années, le repas servi dans les cantines des écoles publiques en France est devenu un sujet de débat entre les élus. Mais chacun interprète et définit la laïcité selon sa conviction politique. Faut-il répondre aux exigences particulières de certaines communautés religieuses concernant les interdits alimentaires, ou faut-il refuser la diversité de menus en invoquant pour justification le principe de la laïcité ? Pour le député et maire de Montereau Yves Jégo par exemple, un menu végétarien alternatif au menu quotidien est une « solution totalement laïque » qui permettrait de sortir du débat et de répondre à toutes les attentes des parents. A Chalon-sur-Saône en revanche, le maire « républicains » a jugé nécessaire de supprimer le menu sans porc qui était proposé dans les cantines de cette ville depuis 31 ans. On remarque qu’il y a absence de consensus sur la façon dont doit être interprétée la laïcité. Un élément vient compliquer le débat: la notion de neutralité de l’espace social public dans la société séculière. Cet espace social public semble pourtant être plus adapté à certaines pratiques religieuses qu’à d’autres.

On peut conclure qu’il s’agit avant tout d’un débat à dominance politique qui révèle une grande diversité de perception de la laïcité et du multiculturalisme en France. Cet article propose d’éclairer l’importance de ce débat et des réflexions  qui s’ensuivent,  également de prendre connaissance des différentes décisions des collectivités territoriales en France concernant les repas servis dans les cantines scolaires.

Lire l’article

La prise en compte des prescriptions religieuses dans la restauration scolaire : état du droit

Résumé de l’article de Lauren Bakir: Dans le cadre d’une enquête réalisée à Strasbourg sur la prise en compte des prescriptions religieuses en matière alimentaire à l’école, il s’agit ici de cerner le cadre juridique de cette problématique. Il est aisé de constater l’absence d’unité dans le traitement juridique de cette question. Tant au niveau des écoles que des collèges et des lycées, les prescriptions alimentaires religieuses ne sont officiellement pas prises en compte. Pourtant, en pratique, certains établissements permettent des aménagements pour répondre aux demandes diverses des élèves ou des parents en proposant, notamment, des repas sans viande de porc. Emerge alors la problématique liée aux requêtes plus précises tenant à la viande elle-même : certaines prescriptions religieuses imposent un mode d’abattage et de traitement spécifique de la viande. Au nom du principe de laïcité, ces spécificités ne font pas l’objet de traitements particuliers. Une proposition de loi récente cherche cependant à répondre, partiellement, à ce problème en visant à rendre obligatoire un plat de substitution végétarien. Cette proposition rencontre plusieurs problèmes contemporains : la remise en cause par certaines municipalités des plats de substitution dans leurs cantines scolaires, mais aussi les conclusions alarmantes d’un rapport de l’OMS sur la viande rouge et les produits carnés transformés, et les préoccupations éthiques concernant la protection des animaux. Cette éventuelle loi ne répond pas, sur le fond, à la question de la légitimité d’un repas de substitution dans les cantines scolaires ; elle n’a d’ailleurs pas vocation à y répondre. Elle offre cependant une alternative, qui a le mérite d’être posée au niveau national et non local : réussira-t-elle à faire consensus sur son contenu ?

Lire l’article