Laïcité, identité et communautarismes

Etienne Balibar, dans Libération du 29 août 2016, expose que la laïcité « identitaire » (celle que Régis Debray dit « Républicaine ») pose que l’identité de la République réside dans la laïcité. « Obsédée par la nécessité de faire barrage au «communautarisme», elle en vient donc à construire (…) un communautarisme d’Etat. » Le problème est que ce discours se trouve « attiré dans un scénario de rivalité mimétique avec le discours totalitaire dont, dans le même temps, la politique française prétend se prémunir. »

Femmes et hommes dans le Coran : quelle égalité ?

Lecture: un ouvrage sur les relations de genre et le Coran:
Femmes et hommes dans le Coran : quelle égalité ?, Asma Lamrabet, Editions La croisée des chemins, Etudes, 2012, 200 p.

Cet ouvrage présente une interprétation du texte coranique qui a vocation à rappeler la place de l’éthique dans la parole révélée. A partir d’une analyse de la lettre du texte, l’auteure soulève les valeurs fondamentales de liberté et d’humanisme, et par là-même d’égalité entre les êtres humains, qui sous-tendent selon elle le message coranique. Si la volonté est de revenir au caractère spirituel de l’islam, l’auteure fournit néanmoins une étude documentée et référencée : Asma Lamrabet se livre à des explications complètes (historiques, religieuses, culturelles, juridiques) qui permettent de se saisir, chapitre après chapitre, des thématiques traitées. Elle propose dans un premier temps de « dépasser la problématique de la femme musulmane » en essayant de mettre à plat tous les éléments liés à cette question. Elle aborde ensuite, entre les thèmes de l’égalité et de l’humanité dans le Coran, des règles plus spécifiques liées par exemple à « l’éthique coranique de l’union conjugale ». A travers ces développements liés à l’égalité, l’auteure se prête à trouver les raisons du décalage entre texte coranique et société actuelle ; une fois cette démarche réalisée, elle propose des solutions potentielles notamment par le prisme de l’éducation. La lecture de cet ouvrage permet de réfléchir, en outre, à une nouvelle façon d’aborder les problématiques actuelles liées au fait religieux. Plus spécifiquement, on peut y voir des éléments intéressants pour traiter de la question du communautarisme. En effet, l’auteure propose une lecture du Coran basée sur la responsabilité de l’être humain et le respect mutuel entre hommes et femmes. Or, ces valeurs sont porteuses de rassemblement, de cohésion sociale, et par là s’opposent à la division en sous-groupes fermés, qui est l’une des sources d’un communautarisme pris dans le sens négatif du mot.